Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici de nouveaux travaux de l'élève René Lamboley de l'école de Champagney. Ce travail date du 4 décembre 1917. Pour découvrir toute la série utiliser, en bas de la page, le lien "La guerre à l'école".

Auguste LEROUX - 1917 - 3e emprunt de la défense nationale - Musée de Blérancourt

Auguste LEROUX - 1917 - 3e emprunt de la défense nationale - Musée de Blérancourt

Mardi 4 décembre 1917

 

Rédaction

La France va faire un nouvel emprunt pour assurer définitivement le triomphe du droit et de la liberté. Dites ce que vous ferez autour de vous pour en assurer le succès.

 

Développement

 

La France, pour la troisième fois, fait appel aux Français. Pour faire face à ses énormes dépenses elle demande de l’argent au peuple.

L’État dépense beaucoup. Il faut qu’il nourrisse les soldats, qu’il importe les produits alimentaires qui lui manquent, comme le blé. Pour se défendre il faut qu’il fabrique des canons, des munitions, des avions etc… Il faut qu’il importe la matière première nécessaire à son industrie. Tous ces besoins nécessitent une dépense énorme tous les jours. C’est pour cela que l’État a fait un troisième emprunt. Le troisième emprunt est celui qui donne le plus fort intérêt. C’est le meilleur placement qui puisse exister. La rente est de quatre pour cent, au cours de soixante huit francs soixante de sorte que cent francs produisent cinq francs quatre vingt-trois de rente annuelle. Pour avoir un intérêt de un franc il faut placer dix-sept francs quinze. C’est donc un placement avantageux.

De plus cet emprunt est garanti par l’État, c’est à dire par nous-mêmes. Il est exempt d’impôts. Sur tout revenu de cent francs on doit payer environ douze francs d’impôts. Il y a donc avantage à souscrire à l’emprunt de la Défense Nationale.

Autour de moi, chez nos voisins, nos amis, nos parents, je m’efforcerai de leur faire comprendre que, ceux qui le peuvent, doivent participer à l’emprunt. C’est un grand devoir patriotique. Je leur ferai voir que le succès de cet emprunt nous sera plus utile qu’un grand succès de nos troupes. C’est lui qui nous permettra de tenir plus longtemps que nos ennemis et par conséquent qui nous assurera la victoire. Il nous permettra de faire un nouvel effort et de réaliser un nouveau progrès vers la liberté. Il est nécessaire que la France et ses alliés triomphent car le triomphe de la France sera celui du Droit.

Les Allemands nous ont détruit beaucoup de villes, il est nécessaire qu’ils payent une indemnité de guerre afin de réparer les dommages et les infamies qu’ils ont commis. Cette indemnité permettra à la France de relever ses finances. Il faut aussi délivrer les pays envahis et l’Alsace, mais pour cela il faut obtenir le succès et pour obtenir le succès il faut souscrire à l’emprunt. Et c’est cela que je ferai comprendre partout autour de moi afin que ceux qui le peuvent participent à l’emprunt pour en assurer le succès.

 

Archives familiales

Archives familiales

Il faut remarquer, étonnamment, que notre élève explique d’abord avec clarté les avantages matériels engendrés par l’emprunt. Dans le contexte patriotique de la classe on aurait trouvé logique de voir l’aspect moral prendre la première place.

 

En illustration de l'état d'esprit de nos ancêtres, le dos de l'un des cahiers de René où il a inscrit le mot "Bochie" à l'emplacement de l'Allemagne. Il a également situé son village, Champagney, d'un gros point noir et tracé, rapidement, la frontière au nord.

En illustration de l'état d'esprit de nos ancêtres, le dos de l'un des cahiers de René où il a inscrit le mot "Bochie" à l'emplacement de l'Allemagne. Il a également situé son village, Champagney, d'un gros point noir et tracé, rapidement, la frontière au nord.

Ce même jour, juste avant la rédaction, l’après-midi, il y avait eut cette dictée également très orientée, un texte étrange qui explique – par la force des choses vu l’ampleur de la catastrophe humaine qu’est cette guerre – les avantages qu’a une dépouille de soldat d’être disparue, perdue à jamais.

 

Les morts anonymes

 

Les morts anonymes l’obsèdent. Ils sont l’armée, l’armée innombrable, obscure et magnifique, la masse, la houle, le flot débordant auquel tout appartient, les espaces illimités qu’ils ont couverts de leur nappes épaisses, toutes les régions qu’ils ont gagnées en y passant, les sols marneux, les craies de Champagne, les dunes de Flandre, les sables mouvants, les pics, les marécages, toutes ces étendues sont leurs biens, leur empire et c’est à peine suffisant. L’incertitude, l’ignorance même de la place insoupçonnable où ils se sont tous si savamment tapis, communiquent à leur sépulture un vaste et spécial mystère. Ainsi respectons puisqu’ils l’ont voulu, l’énigme de leurs os, comprenons qu’en acceptant de ne les rechercher nulle part nous les honorerons mieux partout et ne les rapetissons pas en prétendant les localiser.

Vainqueurs posthumes, ils s’assimilent au sol par une liaison plus étroite et justifiée ; ils ont la plus pure et la plus certaine des concessions parce qu’elle est presque immatérielle. Personne ne peur profaner leurs restes insaisissables. Ils échappent aux méfaits des survivants, aux caprices de l’ingratitude, et leur dépouille n’ayant pas reçu d’éphémères honneurs sera plus longtemps vénérée. Ils auront les soins assidus de la Nature dont le tranquille zèle jamais ne cesse et ne se ralentit, dont la mémoire est régulière. Sur eux, l’herbe verte, les fleurs, la neige et les feuilles mortes seront toujours renouvelées.

H Lavendan

 

Bien sûr cette dictée est suivie de ses inévitables questions. René n'a fait aucune faute dans cette dictée et il a eu 9 sur 10 pour sa rédaction.

La guerre à l'école - 1917 - 8
La guerre à l'école - 1917 - 8
La guerre à l'école - 1917 - 8
A l'ossuaire de Douaumont

A l'ossuaire de Douaumont

3e emprunt de la défense nationale – Soldat dans la tranchée  de Jean Droit

3e emprunt de la défense nationale – Soldat dans la tranchée de Jean Droit

Tag(s) : #Guerre de 1914-1918