Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici un nouveau travail de l'élève René Lamboley de l'école de Champagney. Il s'agit d'une rédaction datée du mardi 15 octobre 1918.

Le programme de ce jour-là : instruction civique : le citoyen ; géométrie : les angles ; quatre problèmes ; géographie : les différents terrains ; sciences : les divisions géologiques ; une dictée et ses questions et, enfin, cette rédaction :

"À l’entrée du port de New-York se dresse la statue colossale de la liberté éclairant le monde œuvre d’un sculpteur français né à Colmar. Vous dégagerez sous la forme que vous voudrez la signification de ce phare symbolique."

Pour découvrir toute la série utiliser, en bas de la page, le lien "La guerre à l'école".

La guerre à l'école - 1918 - 16

Développement

 

C’est Bartholdi, sculpteur français né à Colmar qui a sculpté la colossale statue de la Liberté éclairant le monde. Du port de New-York, cette statue répand ses bienfaisants rayons sur le monde. Elle semble convier les peuples du globe, encore sous le joug du despotisme, à lutter pour leur indépendance, en un mot à marcher sur les glorieuses traces de la vaillante Amérique.

Ah ! C’est que les Américains sont de grands partisans de la liberté, cette liberté pour laquelle ils ont uni tous leurs efforts et pour laquelle ils luttent et lutteront toujours !

Voilà déjà fort longtemps, des colons américains quittaient le territoire anglais pour échapper au joug de ces derniers, pour ne plus avoir les dures volontés d’un maître à accomplir ! Pour être libres enfin !

Et voilà que, en 1774, dans un magnifique élan d’héroïsme et de patriotisme, les treize colonies anglaises se soulèvent contre le despotisme britannique et après avoir fait appel à la générosité de la France les braves américains se rendent libres en chassant de leur territoire les oppresseurs qui imposaient de lourds impôts aux rudes hommes qu’ils considéraient à tort comme des esclaves.

 

Et voilà les treize colonies affranchies ! Dès lors elles forment une république connue sous le nom d’États-Unis. L’agriculture, le commerce, l’industrie, tout s’y développa à merveille. La liberté produisit son effet. Les États-Unis se sont si enrichis, si développés que, maintenant, ils sont en mesure de soutenir la concurrence avec l’Europe.

Et le président Lincoln eut la joie d’assister à la guerre de Sécession entre les États du Nord et les États du Sud. Le résultat de cette guerre fut l’abolition de l’esclavage en Amérique. C’était toujours pour la liberté que combattaient les États-Unis, pour cette noble liberté qui leur a donné tant de peine à obtenir.

 

Et maintenant, les nobles vertus des anciens Américains ne font que s’accroître chez les descendants de Washington et de Franklin. Non contents d’avoir la liberté ils la veulent donner au monde.

 

C'est dans ce noble  but que des centaines de paquebots, tous les jours, depuis de longs mois, sillonnent en tous sens l’Océan et rapprochent l’Amérique de la France, ces deux pays dignes l’un de l’autre. Et chaque navire amène en France des soldats de la liberté qui vont rejoindre aussitôt leurs frères d’armes sur le front. Et tout cela, c’est pour écraser l’Allemagne ce flambeau du barbarisme qui voulait imposer au monde la loi du plus fort pour le dominer et le gouverner.

 

Mais c’est fini ! Grâce à l’Amérique, la paix va de nouveau régner sur notre globe et avec elle, le droit et la justice.

Le document original
Le document original
Le document original

Le document original

La guerre à l'école - 1918 - 16
Le monument américain sur la Butte de Montsec dans la Meuse

Le monument américain sur la Butte de Montsec dans la Meuse

Collection personnelle - Le texte au dos de cette carte : « Le 9 décembre 18 Chers parents, Nous venons d’arriver dans un petit pays tout près de Châlon 4 km. Très mal reçu par la population civile qui n’aime plus voir des bleus horizon comme près d’Hirson où une brave femme me proposait son lit pour coucher !! Oh ! nous ne sommes plus chez des gens qui ont souffert matériellement de la guerre. Enfin vivement que l’on soit dans un coin où l’on ne bouge pas par ces si beaux temps. Toujours bonne nouvelle et bonne santé. Je termine en vous embrassant bien fort. »

Collection personnelle - Le texte au dos de cette carte : « Le 9 décembre 18 Chers parents, Nous venons d’arriver dans un petit pays tout près de Châlon 4 km. Très mal reçu par la population civile qui n’aime plus voir des bleus horizon comme près d’Hirson où une brave femme me proposait son lit pour coucher !! Oh ! nous ne sommes plus chez des gens qui ont souffert matériellement de la guerre. Enfin vivement que l’on soit dans un coin où l’on ne bouge pas par ces si beaux temps. Toujours bonne nouvelle et bonne santé. Je termine en vous embrassant bien fort. »

Tag(s) : #Guerre de 1914-1918