Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

- 13 -

Le massacre des enfants Juifs


gettho-a-l-ange.jpg

 Ghetto à l'ange, 1958 - Isaac Celnikier

         Il nous faut ouvrir cette parenthèse consacrée aux enfants Juifs exterminés à Ellrich. Lucien n’était pas encore arrivé dans ce camp au moment des faits. Mais cet évènement extraordinaire de cruauté aura de grandes répercussions auprès des détenus qui en auront connaissance, même plusieurs mois après.

 

 

         Nous avons raconté les gestes de compassion du Meister, le « vieux », en faveur de Lucien et de Jacques et Michel Stègre. Lucien met en avant leur jeunesse pour expliquer les bribes d’humanité dont ont fait preuve quelques Allemands. Plus loin, nous évoquerons encore d’autres moments de tension où le jeune âge de Lucien lui aurait permis de s’en tirer sans dommages. Le Kapo sera à plusieurs reprises stoppé dans son intention de frapper, se rendant compte qu’il a finalement devant lui un trop jeune garçon.

         Lucien met en relation cette espèce de mansuétude avec l’histoire des enfants Juifs massacrés dans le marais du camp au tout début de son histoire. Cette exécution de masse, particulièrement horrible, mais bien à l’image des pires crimes nazis a, semble-t-il, beaucoup frappé les esprits, tous les esprits, des détenus aux Kapos.

         Et Lucien de répéter les « Junge,Junge » prononcés par celui qui venait subitement de renoncer à le gifler. Pensait-il à ce moment précis, où son bras retombait et où il tournait les talons, aux jeunes Juifs assassinés là, quelques mois auparavant ? C’est, en tout cas, ce que pense Lucien.

 

         Joseph Jourdren arrivé à Ellrich le 27 mars 1944 raconte cette terrible histoire. Voici de larges extraits de ce témoignage qui date de 1992 et qui a été publié dans Patriote Résistant, le mensuel de la FNDIRP (Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes).

         « Je suis arrivé au camp d’Ellrich, près de Dora, le 27 mars 1944[…]Nous y étions, approximativement, 500 à 600 détenus. Dès l’arrivée au camp, dans l’après-midi, j’étais affecté, avec 60 autres[…]dans un Kommando chargé d’extraire, dans un marais situé juste à l’entrée du camp, des rhizomes de roseaux. Il faisait très froid. Nous avons dû casser la glace avant d’atteindre l’eau boueuse, où, immédiatement, nous nous trouvions plongés jusqu’au ventre. A mains nues, le ventre, les épaules, voire le menton, et bien entendu les bras dans l’eau, nous avons arraché jusqu’au soir ces maudites racines sous les coups du Kapo et des Vorarbeiter qui trouvaient que nous n’allions pas assez vite […]

 

         Le cinquième jour, vers six heures du matin, un matin froid et brumeux, notre Kommando, déjà réduit à 40 Stücke, les autres étant morts dans le marais ou sur la place d’appel, ou dans le Block, était au garde-à-vous, avec les autres Kommandos, le long de la bâtisse délabrée qui nous servait de dortoir. Arrive le commandant du camp. Il souriait, et je vous assure que ce sourire était sinistre. La mort du tiers de notre Kommando n’augurait rien de bon pour nous, mouillés et gelés depuis quatre longs jours. Après le rituel discours en allemand, le commandant fit signe à l’interprète de traduire, et celui-ci s’exécuta, d’abord en russe, puis en polonais, et enfin, en français. Et voici ce que j’ai alors entendu : “ Vous, les Stücke du Kommando du marais, le commandant dit que vous avez de la chance. Le commandant va, tout à l'heure recevoir un groupe de Juifs et c'est eux qui vont prendre votre place dans le marais. Le commandant dit qu'il a reçu l'ordre du Führer de tuer ces Juifs, et le com­mandant pense, en voyant ce qui reste de votre groupe après quatre jours, qu'il n'aura pas trop de mal à y arriver. Le commandant dit que cela leur évitera de goûter les sen­teurs d'Auschwitz.”

 

      Je dois vous dire qu'à cette époque, j'igno­rais et le nom et l'existence des chambres à gaz d'Auschwitz, ce qui ne m'a pas permis d'apprécier à sa juste valeur la plaisanterie du commandant. Par contre, j'ai encore aujourd'hui dans les oreilles l'écho des gros rires du commandant, des officiers SS et du Lagerältester qui l’accompagnaient. Nous avons alors, effectivement été répartis entre les autres Kommandos […]

 

 

 

      Nous devions construire une route. Et dans le courant de l’après-midi, j’ai vu arriver les Juifs annoncés, nos remplaçants. Mais je peux vous assurer que je ne m’attendais pas du tout à ces « Juifs »-là. Ceux que je voyais, c’étaient des enfants ! Les plus âgés, vus de notre colline, n’avaient certainement pas plus de quinze ans ! Les plus jeunes ne paraissaient pas dépasser six ou sept ans ! Le soir, au retour du travail, nous les avons vus, rangés sur cinq files, déjà moins nombreux, à l’entrée du camp. Notre Kapo, qui parlait très bien le français nous a dit qu’ils étaient là parce que, aux dires des Posten qui nous gardaient sur la colline, ils allaient coucher sur place, dans la boue à moitié gelée et, toujours d’après les Posten, parce que le commandant avait décidé qu’il était inutile de leur affecter une partie d’une des masures qui nous servaient de Block-dortoir et ce, d’autant moins qu’une trentaine d’entre eux s’étaient déjà noyés dans le marais ou étaient morts de froid et qu’il était donc inutile de s’en préoccuper davantage. Et je les ai bien regardés, ces petits Juifs : je leur devais ma vie.

 

      Je les revois encore, hâves, décharnés, trempés de la tête aux pieds dans leurs vêtements dérisoires, la plupart d’entre eux en culottes courtes, les chaussettes tirebouchonnées leur tombant sur des chevilles souillées de la boue du marais. Ils n’avaient même pas la force de pleurer leur désespoir et je me rappelle encore ces yeux immenses qu’ils avaient, comme remplis de toute la détresse du monde. […]

 

      Ils ont duré trois jours, ces enfants Juifs. Pendant trois jours, de “ ma ” colline, je les ai vus, frappés à coups de manche de pioche par les SS qui les gardaient, et qui, pour ne pas salir leurs bottes, avaient disposé des madriers dans le marais pour pouvoir les atteindre plus facilement. Mon Kapo, le «  Noir » allemand, a hoché la tête pendant trois jours, en répétant «Junge, Junge, Juden ! » d’un air désespéré. De temps en temps, je regardais le marais. Jamais je n’oublierai !

 

      D’après le Kapo, c’étaient de jeunes Juifs hongrois. Ils étaient probablement entre deux cents et deux cent cinquante. ».

 

Lire la suite :   Partir pour l'Allemagne - 14 - Souffrir et mourir à Ellrich

Retour au début de l'histoire : Partir pour l'Allemagne ! - 1 - A Magny-Vernois
Dédicace : Partir pour l'Allemagne ! - dédicace

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Partir pour l'Allemagne ! livre