Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Postface



dora-couleur.jpg
 

Dix déportés travaillant au montage des fusées V2 à Dora.
(Photo en couleur prise par Walter Frentz, photographe officiel, pour Albert Speer, ministre de l'armement, mars-juillet 1944)




Les origines criminelles de la conquête spatiale

 

         Les noms des principaux camps de concentration dispersés dans toute l’Allemagne sont connus. Pourtant, Dora et son plus important Kommando Ellrich, ont été pendant longtemps ignorés. Il a fallu attendre jusqu’à une période récente pour que les historiens et quelques médias entreprennent le travail de mémoire qui s’imposait et réparent une des grandes injustices du XXème siècle.

Il faut connaître les raisons scandaleuses qui ont fait volontairement occulter le nom de Dora par les vainqueurs de 1945 : les Américains, les Russes et les Français.

         Le camp de Dora et tout son secteur furent libérés par les troupes américaines. Mais tous les Alliés, les uns après les autres, découvrirent les usines souterraines où furent construites les armes secrètes des nazis, les V1 et les V2.

         En même temps que la fin du second conflit mondial, débutait la Guerre Froide et ses protagonistes avaient hâte d’avoir à leur disposition ces armes nouvelles qui avaient fait leur preuve en semant la terreur sur Londres. Ils furent rapides puisque les Américains lancèrent une fusée V2 le 14 mars 1946 – soit quinze mois après le dernier tir allemand sur la capitale britannique – et les Soviétiques le 30 octobre 1947.

         Les Américains réussirent les premiers parce qu’ils mirent la main sur Wernher von Braun et une grande partie de son équipe de techniciens, s’emparèrent des plans, du matériel et des stocks. Cela se fit dans la précipitation car ils devaient rétrocéder le site de Dora aux Soviétiques à cause des accords sur la délimitation des zones d’occupation. Ainsi, au mois de mai 1945, quatorze tonnes de documents étaient expédiées aux Etats-Unis ainsi que cent fusées trouvées sur place. Dans la foulée, ils évacuèrent les experts allemands et leurs familles avant que les Soviétiques n’investissent la zone.

Les vainqueurs de l’Allemagne nazie, amnistièrent tous ces criminels de guerre qui avaient fait périr sous la montagne et dans les camps environnants, dans d’atroces conditions, des dizaines de milliers d’esclaves. Ils les amnistièrent et, comble du cynisme, ils leur offrirent la nationalité de leurs pays respectifs. Enfin, ils les couvrirent d’honneurs. La plupart devinrent citoyens américains, Von Braun en tête et obtinrent des postes importants dans des sociétés américaines.

 

         Et puis il y eut le Spoutnik, l’homme marcha sur la lune et il y eut aussi la fusée Ariane. Tous ces progrès, toutes ces fusées sont la conséquence directe des travaux et des recherches qui aboutirent aux V1 et aux V2 conçus par le SS Von Braun.

 

         Au départ, les Américains livrèrent généreusement aux Français quatre V1 et des pièces de V2. Car, ceux-ci mirent également en œuvre une politique identique pour récupérer les miettes du gâteau. Ils engagèrent une centaine d’ingénieurs et de techniciens allemands dont un grand nombre étaient d’anciens de Peenemüde. Parmi eux, Heinz Bringer, le père du moteur Viking, le moteur du lanceur européen Ariane.        

C’est pour cacher cette réalité scandaleuse que les noms de Dora, d’Ellrich et de leurs Kommandos furent occultés et c’est pour cela qu’il est quasiment impossible de trouver dans les encyclopédies et ouvrages traitant de la conquête spatiale, mention de l’origine de ces travaux dans le système concentrationnaire nazi. Pourtant, on y cite Von Braun comme génie et héros de l’espace.

 

C’est ainsi qu’on écrit l’histoire…


Lire la suite et la fin : Partir pour l'Allemagne - bibliographie     
Retour au début de l'histoire : Partir pour l'Allemagne ! - 1 - A Magny-Vernois

Dédicace : Partir pour l'Allemagne ! - dédicace

        

Tag(s) : #Partir pour l'Allemagne ! livre